L'Amour toujours…mais éclectique et en arc-en-ciel

Nouveau

Palais en Jazz 5ème édition 2016

index

Palais de Compiègne  » Cour d’Honneur  »

24 et 25 juin 2016

Invites:

Victor Wooten, multi-instrumentiste et producteur ayant reçu 5 Grammy Awards, élu « Bassiste de l’Année » à trois reprises par le « Bass Player Magazine », également considéré comme l’un des dix meilleurs bassistes de tous les temps par le « Rolling Stone Magazine », clôturera la 5ème édition du festival Palais en Jazz, le 25 juin 2016 à partir de 21h, en ouverture de sa tournée européenne des festivals.

Erik Truffaz Quartet, le quartet du trompettiste Erik Truffaz, entité collective à la longévité impressionnante, occupe une place à part entre jazz éthéré, hip hop, swing et pop instrumentale. Digne héritier de Miles Davis pour sa mise en scène du silence, Erik Truffaz ouvrira avec ses complices la 5ème édition de festival Palais en Jazz, le 24 juin 2016 Erik Truffaz viendra présenter son dix-huitième album « Doni Doni » ( ou petit à petit en langue banbara du Mali)comptant certains invites prestigieux dont le vétéran rappeur Oxmo Puccino ou la chanteuse malienne Rokia Traoré.

index3

 

 

Hanami

AUJOURD’HUI À TOKYO, DANS UN MOIS À PARIS GRAND HANAMI AU JARDIN D’ACCLIMATATION AVEC JAPAN EXPO SAMEDI 23 ET DIMANCHE 24 AVRIL          DE 10 HEURES À 20 HEURES

À 9 000 kilomètres, au pays du Soleil Levant, la saison de Hanami a commencé. Depuis quelques jours, même quelques heures, les parcs japonais, un à un, du Sud vers le Nord remontant l’archipel, connaissent le même phénomène, le même engouement : ils se remplissent de nappes bleues, de groupes d’amis et de bonne humeur.

Hanami signifie « regarder les fleurs ». Moment de détente immuable depuis des générations, coutume attendue du printemps japonais, la tradition veut que, lorsque fleurissent les cerisiers, les Japonais partent entre proches, en famille, entre collègues, entre voisins, dans les parcs et jardins, pour pique-niquer, discuter, chanter sous les « sakura ».

Aujourd’hui à Tokyo, Hanami sera, dans un mois, à Paris.

Japan Expo, en partenariat avec le Jardin d’Acclimatation, vous donne rendez-vous les samedi 23 et dimanche 24 avril pour un grand week-end de pique-nique japonais sur nos pelouses (vertes), sous nos cerisiers (roses), sur nos nappes (bleues). C’est un événement inédit à Paris et pour Paris ! Jamais il n’avait été accueilli dans l’enceinte de la capitale.

Gastronomie japonaise, cosplay, danses, ateliers, musiques : de nombreuses animations et surprises seront au rendez-vous.

Alors à vos agendas : venez nombreux, dans un mois, fêter avec nos amis japonais le printemps qui arrive, sous les sakura du plus ancien parc de loisirs parisien !

En partenariat avec Japan Expo, premier Festival de Loisirs japonais d’Europe Du 7 au 10 Juillet 2016 – www.japan-expo-paris.com

 

 

 

 

 

Femen contre salafistes: que dit la Toile musulmane?

L’incident de Pontoise vu par les réseaux sociaux

femen inna salafistes islam

Hou la menteuse… Très vite, il n’y eut plus qu’une personne à blâmer, et ce fut Inna Shevchenko, la figure de proue des Femen. Dimanche, au lendemain de l’apparition seins nus de deux Femen sur la scène d’un « salon musulman » consacré à « la femme », à Pontoise dans le Val-d’Oise, le site Buzzfeed publiait un article contredisant une déclaration de la militante ukrainienne, recueillie par l’AFP et précédemment diffusée dans une dépêche de l’agence. Qu’avait dit Inna Shevchenko de faux ? Elle avait déclaré que « deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s’il faut battre ou non sa femme », lorsque deux Femen ont fait irruption sur le podium de ce salon, auquel des prédicateurs de la mouvance salafiste avaient été invités comme conférenciers. Or non, affirmait Buzzfeed, images et son à l’appui : les « deux imams », Nader Abou Anas et Mehdi Kabir, connus pour leurs prêches invitant les musulmans à exercer un « contrôle serré » de leurs filles, femmes ou sœurs, n’ont pas « parlé » ainsi à ce moment-là.

Ce moment-là ? Environ 20 heures, samedi. La poitrine couverte d’inscriptions, les deux Femen montées sur scène, dissimulées jusque-là sous des djellabas, lancent à l’assistance en criant : « Personne ne me soumet, personne ne me possède, je suis mon propre prophète ! » Elles sont évacuées sans ménagement du podium par un groupe d’hommes. Sur une vidéo mise en ligne par Buzzfeed, on aperçoit l’un d’eux donnant ou tentant de donner un coup de pied à l’une des Femen, qui se trouve alors sans doute à terre.

Mais le fond de l’affaire, pour l’heure, est ce qui a été dit ou n’a pas été dit – les réseaux sociaux sont au taquet. Qu’étaient en train de dire les deux prédicateurs salafistes, quand les deux Femen – « elles-mêmes issues de familles musulmanes », selon le mouvement féministe – les ont interrompus ? Citons Buzzfeed. Ce média en ligne, qui passe pour « irréprochable » aux yeux de nombreux habitants des banlieues, était sur place. « Mehdi Kabir était en train de demander aux musulmans d’avoir un comportement exemplaire avec les femmes, “de suivre le modèle du prophète, qui ne tapait jamais sa femme et qui ne se faisait pas servir”. Voici la dernière phrase prononcée : “Nous voulons des musulmans et des musulmanes qui se comportent comme s’est comporté le prophète…” »

En somme, ils disaient l’exact inverse de ce qu’Inna Shevchenko, qui n’était pas présente au « salon musulman » de Cergy, avait rapporté à l’AFP, l’agence étant elle-même absente de cette manifestation. Le fait est qu’après avoir promis l’enfer aux « mauvaises femmes » dans d’autres interventions, ces prêcheurs, se sachant plus observés qu’à l’ordinaire, étaient semble-t-il, tout velours. Les attentats de janvier étant passés par là, leur impact invite à plus de modération dans des discours victimaires parfois teintés de suprématisme.

Mais revenons à nos Femen. Inna Shevchenko n’avait-elle dit à l’AFP que ce que l’AFP avait écrit à son sujet ? D’après les informations que nous avons recueillies, la réponse est non. « S’il apparaît qu’elle a dit autre chose qui complète sa déclaration, nous complèterons sa déclaration », fait-on savoir à la rédaction en chef du service « France » de l’agence. « Oui, j’ai dit plus que ce qui a été rapporté par l’AFP », confie Inna Shevchenko, ajoutant qu’elle ne tient pas rigueur à l’agence de ne pas l’avoir citée « entièrement ». « Ma déclaration telle que rapportée, sur le bienfondé ou non pour un musulman de battre sa femme, donnait le contexte idéologique. Mais j’ai dit aussi à l’AFP qu’au moment où les deux Femen sont montées sur scène, l’un des imams disait qu’il fallait suivre l’enseignement du prophète Mahomet, lequel demandait aux musulmans de bien traiter leurs femmes. » En admettant que la porte-parole des Femen ait effectivement dit tout cela, alors la « menteuse » n’en est plus une.

Détails sans importance ? Bien au contraire. Car les réseaux sociaux, qui ont leurs leaders et leurs suiveurs, sont très à cheval sur la « vérité ». Lorsque le coup d’éclat des Femen a été connu, les premières réactions ont été de deux ordres côté « musulman » (des musulmans pratiquants ou non, et des compagnons de lutte contre « l’islamophobie » et les discriminations). Certains disaient des Femen qu’elles étaient toujours « aussi connes », mais d’autres leur adressaient des « bravo », pour leur « courage », car il faut « en avoir » pour oser affronter les « barbus » sur leur terrain. Ce son de cloche est plus ou moins nouveau. Pour une fois, si l’on peut dire, la « cause des femmes » passait avant la « cause d’un peuple », en l’occurrence la cause des « musulmans ». Une cause d’habitude estampillée « occidentale et bourgeoise » lorsqu’elle « stigmatise les musulmans » l’emporte sur une cause issue du tiers-mondisme, et plus « juste » par nature que n’importe quelle autre.

Mais peu après la dépêche de l’AFP, l’article de Buzzfeed refroidissait les meilleures dispositions et rétablissaient dans leur statut les « leaders d’opinion » des réseaux, dont l’autorité avait un instant été mise à l’épreuve. Inna Shevchenko avait parjuré, les puritains pointaient le pouce vers le bas. Les Femen redevenaient des « salopes » et leur « courage » s’effaçait devant leur tentative de « manipulation » heureusement démasquée.

Les Femen devraient porter plainte pour violence contre certains des individus qui les ont évacuées de la scène. Quant aux organisateurs du salon, ils pourraient poursuivre les Femen pour violation d’un lieu privé. Affaire à suivre.

*Photo : Capucine Henry. Inna Shevchenko.

source: Antoine Menusier pour Causeur

http://www.causeur.fr/femens-salafistes-facebook-twitter-34574.html

Salon musulman de Pontoise. Les Femen s’invitent chez les salafistes. Barbies contre barbus.

femen salafistes pontoise islam

« Personne ne me soumet ! Personne ne me possède ! Je suis mon propre prophète ! » Samedi dernier, deux Femen se sont invitées au Salon musulman de Pontoise (Val d’Oise) consacré au thème de « la femme musulmane ». Le cri de guerre des deux militantes féministes a des airs de credo post-Houellebecq, auteur qui imaginait, dans son dernier roman Soumission, une France dirigée par le Parti de la Fraternité musulmane, renvoyant les femmes au foyer et au voile avec l’assentiment intéressé des élites intellectuelles et politiques. Il n’est pas sûr que les choses se passeraient aussi facilement que l’imagine Houellebecq dans son ouvrage, avaient souligné quelques critiques à sa sortie, tout simplement parce que les femmes ne l’entendraient certainement pas de cette oreille. Militantes féministes largement décriées en raison de leurs coups d’éclats provocateurs et très médiatisés, dont des actes de vandalisme à Notre-Dame, les Femen ont tenu visiblement à démontrer à l’occasion du Salon musulman de Pontoise (12-13 septembre 2015) que cela ne se passerait pas comme ça.

Quoi qu’on puisse penser des Femen, reconnaissons qu’elles ont un certain génie pour mettre de manière spectaculaire les pieds dans le plat avec des actions très calibrées et extrêmement ciblées. Et à l’heure où  les gardiens de la laïcité larmoient et ânonnent dans le vide des discours aussi creux qu’hypocrites, l’irruption des Femen, aussi grotesque et vulgaire soit-elle, frappe ici par sa vigueur et sa pugnacité. L’organisation du Salon musulman de Pontoise avait déjà soulevé de larges critiques de la part des associations de défense de la laïcité, d’associations féministes qui avaient déposé une pétition sur le site Change.org et de Karim Ouchikh, élu à Gonesse sous la bannière du Rassemblement Bleu Marine (RBM) qui avaient demandé l’interdiction de la tenue du salon, en raison de la présence d’un espace réservé aux femmes entièrement interdit aux hommes.

L’affaire du Salon musulman ne date en effet pas d’hier : le « premier salon dédié à la femme musulmane » devait initialement se tenir les 21 et 22 mars 2015 et avait déjà été reporté aux 12 et 13 septembre. La société organisatrice de l’événement, Isla Events, créée en 2012 et basée à Osny (95), avait déjà annoncé la tenue d’un salon musulman sur la petite enfance en mars 2013, et un second sur la femme musulmane à l’hiver 2013, tous deux reportés à une date indéterminée. Le blog Al-Kanz, spécialisé dans l’information à destination des consommateurs musulmans, présentait en 2013 Isla Events, société dirigée par Farouk Benzerroug, de la manière suivante : « Première société à se positionner en tant que telle, la société Isla Events investit un terrain vierge et particulièrement porteur. Le marché des consommateurs musulmans devrait exploser dans les années à venir. On imagine bien d’autres salons sur des thématiques très ciblées. »

L’intervention des Femen samedi a mis en lumière l’événement d’une manière peu flatteuse pour les organisateurs, les deux jeunes femmes dissimulées sous des djellabas surgissant dépoitraillées en plein milieu d’un débat sur les relations conjugales qui semblait fort peu progressiste puisqu’il a été rapporté tout d’abord que les deux conférenciers, sous le nez desquels les deux militantes sont venues agiter leurs attributs impurs, étaient en train de disserter calmement de la nécessité pour un bon musulman de battre sa femme. Faux, a répondu le site d’information Buzzfeed, qui conteste la version donnée par les Femen et avance que l’un des deux intervenants, Mehdi Kabir, était au contraire en train de demander aux musulmans de suivre le modèle de Mahomet « qui ne tapait pas sa femme » et « ne se faisait pas servir ». Nous voilà rassurés car le CV des deux conférenciers qui dissertaient sur « la valorisation de la femme dans l’islam » pouvait en effet inquiéter quelque peu : Mehdi Kébir, prédicateur à la mosquée de Villetaneuse, et Nader Abou Anas, imam à Bobigny, ne se sont pas vraiment fait connaître par des prêches très favorables à la libération de la femme musulmane, le premier fustigeant les femmes « non voilées et fornicatrices », et le second invitant l’épouse à se soumettre aux élans de son mari selon ses désirs, sous peine d’être « maudite par les anges toute la nuit ».

Si l’organisateur, Farouk Benzerroug, a affirmé qu’aucune diatribe aussi violente n’avait émaillé les discussions du salon, la participation à l’événement de prédicateurs aux prêches par ailleurs très radicaux repose la question du double discours tenu par un certain nombre de personnalités religieuses. Y-a-t-il un langage plus policé qui sied au « marché des consommateurs musulmans » et un autre qui convient mieux aux fidèles dans des circonstances un peu moins médiatiques ? Il est en tout cas assez intéressant de voir les Femen se trouver soudain propulsées sur le même terrain que le Front national au nom de la défense de la laïcité et de la lutte contre les discriminations et la misogynie. Au-delà des inévitables contradictions soulevées, l’événement rappelle que la question de l’Islam en France nous replonge dans un débat très ancien, que les problématiques migratoires ont fait resurgir depuis une trentaine d’années avec une actualité de plus en plus brûlante : celle de la délimitation entre la sphère privée et la sphère religieuse, question sur laquelle l’islam de France paraît un peu schizophrène.

Mais ce qui reste le plus frappant dans l’affaire est le silence presque complet des grands médias. Alors que les Femen ont d’habitude le don d’attirer les caméras partout où elles passent, leur action semble cette fois provoquer une certaine gêne du côté des professionnels de l’information et des élus de la république, avares de commentaires sur la manière dont l’offensive du sourire de prédicateurs fondamentalistes a été contrecarrée par les Femen à Pontoise. Edgar Quinet écrivait en 1846, dans Le Christianisme et la Révolution : « Seule des nations modernes, la France a fait une révolution politique et sociale avant d’avoir consommé sa révolution religieuse ». Il constaterait peut-être aujourd’hui que la question religieuse s’est quelque peu déplacée. L’intrication contemporaine entre les atermoiements d’une République qui doute de sa propre identité et les déchirements identitaires d’un islam taraudé par le fondamentalisme paraît chaque jour rouvrir le débat de manière un peu plus menaçante.

*Photo: Capucine Henry. Femen France.

source: Laurent Catamessi

http://www.causeur.fr/femen-pontoise-salafistes-34570.html/

Palais en Jazz 2015

Palais en Jazz 2015

Rencontrez les jazzmen au Palais de Compiègne du 26 au 28 juin 2015 : une occasion unique d’écouter du Jazz dans un lieu original !

Genre musical métissé par essence, favori des cafés, des clubs, puis plus récemment des salles de concerts, le jazz poursuit sa quête de renouveau en investissant, chaque année, un palais royal et impérial.
Impulsé en 2012, Palais en Jazz est né d’une volonté commune de mêler et de décloisonner les époques et les cultures.

Organisé tous les ans, le dernier week-end du mois de juin, le festival vous fait découvrir dans un cadre impérial, des artistes aussi prestigieux que Dee Dee Bridgewater, Manu Katché, Thomas Dutronc…

Pour cette 4ème édition, vous êtes invité à vibrer à nouveau lors de deux soirées exceptionnelles les vendredi 26 et dimanche 28 juin 2015.

Palais en Jazz le 26, 27, et 28 Juin 2015 Palais de Compiègne Cour d’Honneur.

Marcus Miller

Bénabar

Vincent Bidal

Sayé

Les Prêtres

www.palaisenjazz.com/palais en jazz

Catherine Jacob au Mémorial de Compiègne

Catherine Jacob au Mémorial de Compiègne

Dimanche 26 avril 2015 à 15 heures

Affiche CJ Bassedef.jpg
Entrée libre, dans la limite des places disponibles.
 
 
Bonjour à tous,
 
A l’occasion de la Journée nationale du souvenir des victimes de la déportation, célébrant cette année le 70ème anniversaire de la découverte des camps nazis, la comédienne Catherine Jacob offre un moment de lecture au Mémorial de l’Internement et de la déportation de Compiègne.
Catherine Jacob a grandi à Compiègne sans jamais entendre parler du camp de Royallieu qui vit passer près de 50 000 personnes, entre 1941 et 1944, internés politiques, résistants, civils russes ou américains et juifs, en route vers d’innommables destinations… La Ville a depuis assumé ce volet de son histoire et y a créé en 2008 le Mémorial de l’Internement et de la déportation, un lieu de mémoire au service de l’éducation citoyenne et de la culture.
C’est pour rendre hommage à ces internés, anonymes ou illustres comme Desnos, Semprun ou Delbo, que Catherine Jacob lira d’une façon qui n’est qu’à elle, des textes – les leurs- qui racontent ce que vivre voulait dire à ce moment-là de notre histoire. En écho, ils éclairent étrangement notre histoire présente.
Réservation fortement conseillée: kimberley.costa@memorial-compiegne.fr
 
à Conférence de presse le vendredi 17 avril à 15h, en présence de Catherine Jacob et Philippe Marini
et plus d’informations sur le site : www.memorial-compiegne.fr
 
 
signature_1       
 
2 bis avenue des Martyrs de la Liberté
60200 Compiègne
Tél: 03 44 96 37 00
Fax: 03 44 96 37 09
qrcode_memorial    facebook-logo     picto-Compiègne-Naturellement 5

8 mars Journée de la Femme

 

Femmes en marche sur Arte info

Pourquoi est-il de plus en plus difficile d’avorter pour les italiennes ? Comment devenir chef d’entreprise en Afrique et rêver d’un avenir politique ?  Pourquoi les japonaises doivent-elles se battre pour ne pas avoir à choisir entre maternité et travail ? ARTE Reportage présente trois femmes qui militent sur trois continents différents pour le droit des femmes.

THEMA revient sur les violences faites aux femmes à travers deux documentaires : « Femmes afghanes, la prison à visage découvert » montre des Afghanes qui se sentent plus en sécurité en prison plutôt que chez elles. « Rwanda, la vie après – Paroles de mères » revient sur un tabou national : le témoignage de femmes violées pendant le génocide et qui ont donné naissance à des enfants, héritiers de cette tragédie.

Dans ce dossier retrouvez aussi des statistiques, des infographies et des reportages sur le droit des femmes dans le monde ainsi que des articles complémentaires sur la réconciliation au Rwanda.

http://info.arte.tv/fr/la-force-feminine

 

Le solstice d’hiver

Merci pour tous ces articles passionnants que vous nous avez transmis a travers votre blog tout au long de ces années. Tous mes vœux pour vous et pour ceux qui vous sont chers.

tarot psychologique

Le cycle du temps a quatre portes : les deux solstices et les deux équinoxes. 

Les équinoxes (jour égal à la nuit) marquent des changements de polarité dans le temps : d’une énergie émettrice à une énergie réceptrice pour l’équinoxe d’automne (du yang au yin) et de l’énergie yin à l’énergie yang pour l’équinoxe de printemps.

Les solstices marquent, eux le moment paroxysmique de chaque énergie.Avec le solstice d’hiver arrive le paroxysme de yin et de la puissance invisible, souterraine.

C’est le moment où la lumière est la plus faible, où la nuit est la plus longue, avec la crainte que le soleil ne se lève plus, d’où le symbole de la fête du Sol Invictus, le soleil invaincu, qui a triomphé des ténèbres.

Au niveau du cycle de la nature, le renouveau arrive à ce moment, et pas à Pâques, bien que cela soit la fête de la résurrection visible et du renouveau visible de la nature, mais ce renouveau naît à Noël, et est justement représenté à la fois par la faible lumière des bougies des fêtes de Noël et par l’innocent enfant qui naît et qui est la promesse du futur.

Donc, dans la nature tout renaît d’abord dans l’invisible à Noël, durant tout l’hiver où la puissance est extraordinaire mais souterraine où tout germe à l’intérieur de la terre, comme à l’intérieur de soi, sort à la lumière au printemps, arrive à maturité pour être récolté en été et mourir à l’automne.

L’automne est associé à la mort et aux fêtes de morts, mais Noël est une fête de renouveau, de nouvelle naissance, à partir de l’innocence (ou du potentiel originel), qui doit à nouveau apporter la lumière, la paix, la joie et la chaleur.

nativité

La Nativité marque aussi dans la spiritualité chrétienne le départ d’un processus de spiritualisation de la conscience, qui est le mystère de la Passion et de la Résurrection.

Noël est la fête de la naissance de la lumière.Dans plusieurs traditions religieuses ou spirituelles, on fait naître un « sauveur » le soir de Noël ou du solstice : on dit que Mithra et Krishna sont nés ce soir-là, comme le Christ de notre tradition.

On les fait naître au cœur de la nuit la plus longue de l’année, c’est  à dire au moment où l’on touche le fond des ténèbres au bout de l’année, là où tout semble mort.L’arrivée de la lumière est la promesse de salut.

Et, c’est à ce moment que les journées commencent à s’allonger peu à peu,
comme si la lumière apportée devait triompher petit à petit jusqu’à ce qu’elle atteigne l’autre pôle de l’année, le solstice d’été, la fête de la Saint-Jean.

Le solstice est un moment qui nous permet de prendre conscience de la présence de l’esprit dans la matière, comme un éclair de lumière dans l’obscurité, une grande espérance.Il est le point culminant où l’énergie de Lumière s’ancre profondément dans notre terre intérieure.

Parce qu’il ouvre la porte de la phase ascendante du cycle annuel, parce qu’il voit renaître de façon encore secrète – et donc sacrée- la lumière, le solstice d’hiver est lié aux traditions les plus ésotériques, en célébrant la naissance de la…

View original post 1 112 mots de plus

!!! Joyeux Noël – Felices Navidades – Merry Christmas !!!

imagesWishing you and yours a Merry Christmas and Happy New Year !!!

Que l’esprit de Noël soit avec vous aujourd’hui et tout au cours de la Nouvelle Année.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 49 autres abonnés